Service civique | Vie de la ligue

23 septembre 2021

Portrait de Fadwa Mekkaoui – Chargée de projets à la Ligue de l’enseignement 35

Peux-tu te présenter en deux mots ?

Optimiste et passionnée.

Je crois que l’on fait un travail passionnant, on y passe beaucoup de temps et c’est une source d’épanouissement. Sans être passionnés, nous sommes moins convaincus et nous faisons moins bien notre travail.

 

Quel est ton parcours professionnel ?

J’ai démarré mon parcours professionnel à la Maison Internationale de Rennes, dans la coordination de projet. J’ai travaillé sur les projets de solidarité internationale et les projets culturels. Puis, les deux dernières années, sur la coordination de projet européen Erasmus+ (ingénierie de formation).

Je suis arrivée en novembre 2019 à la Ligue de l’Enseignement 35.

Quelles sont tes missions au sein de la Fédération ?

Je coordonne le dispositif Service civique : cela consiste à informer les associations affiliées, les accompagner dans l’élaboration de la mission, l’organisation des journées de sélection et la gestion administrative (ex : création des contrats des jeunes volontaires).

L’accompagnement des jeunes ne se fait pas uniquement en amont de l’entrée dans la structure d’accueil, je les accompagne sur toute la durée de leurs missions. J’établis également un lien avec la structure d’accueil afin de s’assurer que la mission se déroule dans les bonnes conditions, j’accompagne les jeunes à réfléchir à leur projet d’avenir. Ce dernier se fait en partenariat avec We Ker, ce n’est pas notre cœur de métier donc il est important de faire appel à un réseau qualifié et de donner de la valeur ajoutée à cet accompagnement au projet d’avenir.

J’accompagne également les jeunes qui souhaitent porter un projet post service civique avec l’Institut de l’Engagement : élaboration du dossier, préparation de l’oral. L’Institut de l’Engagement a été créé deux ans après le service civique dans le but de valoriser les parcours d’engagement : volontariat, service civique, bénévolat en France ou à l’international. En 2020, nous avons déposé cinq dossiers dont trois lauréats, en 2021 trois dossiers dont deux lauréats.

Je coordonne également le Corps Européen de Solidarité. La mission est différente du service civique car c’est l’agence Erasmus qui gère la partie administrative, la Ligue 35 est une organisation de soutien pour le volontaire, une structure partenaire du dispositif. Mon rôle est d’accompagner le jeune à bien organiser son départ, à se préparer à l’interculturalité pour éviter le choc culturel, la structure d’accueil doit proposer un appui linguistique et nous devons conjointement préparer le retour du volontaire et son projet d’avenir.

Ma dernière mission est la coordination sur le projet Erasmus +, nous travaillons actuellement sur le dossier à déposer en 2022.

Quels sont tes publics ?

Les jeunes en Service civique.

Les structures d’accueil, associations affiliées et plus particulièrement les tuteurs.

 

Que signifie pour toi travailler au sein d’une association ?

Cela veut dire beaucoup de choses, sur soi déjà, partager des valeurs avec la structure, des valeurs humaines et humanistes.
Travailler dans une association signifie partager des convictions fortes et se sentir utile pour les autres et pour la société.

Quelles valeurs de la Ligue de l’enseignement te semblent importantes ?

Pour moi la Ligue de l’enseignement incarne, par ses actions, ses publics et ses partenaires, le vivre ensemble, une volonté de mettre l’humain au cœur de l’action avec beaucoup de bienveillance et d’écoute et je trouve cela plutôt formidable.

Sur le service civique, je suis toujours très admirative de voir autant de structures d’accueil sur le territoire. Et même après la crise sanitaire, nous nous sommes retrouvés pour soutenir l’engagement de la jeunesse et travailler ensemble pour faire vivre cette envie et cette volonté des jeunes d’être acteurs de la vie citoyenne.

Les relations avec les tuteurs, pendant le confinement, ont été fortes car le plus important c’était d’accompagner les jeunes dans l’avenir, dans leur projet et leur donner l’opportunité de s’épanouir.

Et sur la dimension européenne, se sentir membre et acteur dans l’Europe et aider les jeunes à se sentir jeune breton mais aussi jeune européen !